«Les femmes doivent passer à l'action et commencer à investir dès maintenant»

Felix Niederer12/06/2021

Nous avons eu un entretien exclusif avec la “finfluenceuse” suisse Aysha van de Paer pour parler avec elle de ses conseils financiers pour les femmes et pour qu’elle nous explique pourquoi elle est une grande fan des robots-conseillers comme True Wealth.

Te souviens-tu de ton premier contact avec les investissements?

J'étais très jeune (rires). J'avais 16 ans et j'étais prête à investir sans trop savoir ce que cela signifiait à l'époque.

Comme la plupart des personnes sans connaissances du sujet, je suis allée à la banque et on m'a recommandé un fonds d'investissement que l'on m'a décrit comme très bon. J'y ai donc placé mon argent et, comme vous pouvez l'imaginer, ça n'a pas très bien marché! Ce n’a pas été désastreux, mais l'argent ne fructifiait pas, et je ne comprenais pas pourquoi. J'ai fini par vendre mon investissement lorsqu’il a perdu de la valeur.

Que recommanderais-tu à une personne sans aucunes connaissances?

J’ai plusieurs recommandations. La première: commencez dès que possible. Deuxièmement, n'empruntez pas la voie traditionnelle. Pas de produits bancaires et – encore moins – de produits liés aux assurances.

Recherchez des méthodes d’investissement modernes et peu coûteuses. Et visez le long terme, ne cherchez pas à gagner rapidement. Et soyez cohérent dans la durée avec votre stratégie d'investissement.

As-tu des recommandations particulières à donner aux femmes en début de carrière?

Bien sûr, il y en a beaucoup.

Lorsque je débutais ma carrière professionnelle, je pensais que tous ces désavantages liés au genre ne m'affecteraient pas, étant donné que je suis ambitieuse et instruite. Et puis, la vie a fait son œuvre et j'ai réalisé que, même en faisant tout pour ainsi dire correctement, le système désavantage fortement les femmes sur le plan financier tout au long de leur vie, surtout lorsqu'elles ont des enfants.

S'en remettre uniquement à la retraite ou à l'AVS n'est plus suffisant, surtout pour les femmes. La plupart des lacunes en matière de retraite sont dues à des interruptions de carrière ou à une réduction de la capacité de travail.

C'est pourquoi, en tant que femmes, nous devons vraiment prendre les choses en main et investir davantage par nous-mêmes pour planifier l'avenir.

Tu proposes des cours pour les femmes qui veulent en savoir plus sur le monde de la finance et de l'investissement. Peux-tu nous en dire plus?

En fait, je propose uniquement un cours: un programme en ligne de quatre semaines comprenant des leçons vidéo ainsi que des enseignements en direct et des questions-réponses. Les participantes ont accès à tout le matériel pendant un an afin de s'assurer qu’elles ont le temps de mettre en œuvre tout ce qu’elles ont appris.

On y apprend comment et où investir pendant que nous examinons différentes plateformes en Europe. L'accent est mis sur les stratégies d'investissement fondées sur la recherche et les portefeuilles alignés sur les valeurs personnelles.

Étant suisse et basée dans les environs de Zurich, environ 70% des membres sont des résidentes suisses et le reste vient d'autres pays européens. Parmi nos quelque 500 membres, beaucoup sont des professionnelles ayant une expérience d'expatriée, comme moi.

La plupart des services financiers et des systèmes de pension sont conçus pour des personnes qui vivent toute leur vie dans leur propre pays. Il existe donc un besoin évident de conseils supplémentaires pour les professionnelles avec une mobilité internationale.

Le programme étant conçu pour des femmes très occupées, nous nous efforçons de faire en sorte que cela prenne le moins de temps possible. Je me permets d'ajouter que la langue du programme est l'anglais.

Quels avantages vois-tu dans les robots-conseillers?

Il y en a beaucoup – j'en suis une grande fan. J'apprécie tout particulièrement leur structure de coûts réduite et leur grande transparence. De plus, la possibilité de voir l'évolution de son portefeuille, la convivialité générale, l'automatisation ainsi que la possibilité de le laisser fonctionner même en étant très occupée. Cela permet aux gens d'investir de manière cohérente, même lorsque la vie les en empêche – et c'est très important. J'apprécie également le fait que l'on puisse ouvrir un compte très rapidement. Tout cela réduit les obstacles à l'investissement.

Je me souviens que lorsque j'étais plus jeune, je voulais ouvrir un compte sur une plateforme de trading. À mi-chemin du processus d’ouverture, je devais faire authentifier certains documents. Deux mois plus tard, ce n'était toujours pas fait.

Il convient de mentionner que le robot-conseiller ne possède pas votre argent. Au lieu de cela, l'argent va sur un compte bancaire à votre nom, le robot-conseiller sert uniquement de moyen économique et automatisé d'investir en bourse.

Comment et quand as-tu entendu parler de True Wealth? Qu’aimes-tu chez nous?

Il y a très longtemps (rires). Vers le début, lors du lancement de True Wealth en 2014. J'ai vraiment aimé l'idée dès le départ. Je cherchais une solution comme celle-ci.

Beaucoup de robots-conseillers n’ont été lancés que très récemment. True Wealth existe depuis plus longtemps, a davantage d'actifs sous gestion, ce qui lui confère une crédibilité supplémentaire. Lorsque je recommande True Wealth dans mon programme, je sais que je n'envoie pas les gens vers un service qui ne sera peut-être pas disponible l'année prochaine.

Et j’apprécie beaucoup le fait de pouvoir ajuster et personnaliser la répartition des actifs par région et par classe d'actifs. Avec d'autres robots-conseillers, vous pouvez choisir entre 5-6 profils lors de la sélection d'un univers d'investissement durable ou régulier. Avec True Wealth, le degré de personnalisation est tout simplement plus important si, par exemple, vous souhaitez une plus grande exposition à l'Asie.

Revenons aux femmes et aux investissements: pourquoi sont-elles encore sous-représentées?

Je vois plusieurs raisons. Commençons par quelques-unes d'entre elles.

Tout d'abord, c'est une question culturelle. En grandissant, les femmes sont encouragées à la prudence et à économiser de l'argent. Les garçons et les jeunes hommes sont encouragés à prendre des risques pour être mieux récompensés.

Ensuite, il y a la déconnexion de nombreuses femmes du secteur financier. Celui-ci reste dominé par les hommes, comme les conseillers bancaires, qui envisagent l'investissement d'un point de vue masculin et peinent à comprendre les préférences et les objectifs à long terme des femmes.

En outre, de nombreuses femmes cessent ou interrompent leur activité professionnelle à un moment donné de leur vie et s'en remettent à leur partenaire pour prendre des décisions en matière d'argent et d'investissement.

Comment motives-tu les femmes à franchir la dernière ligne droite et à enfin commencer à investir?

Il y a deux axes de travail. Le premier est de leur faire comprendre que l'investissement n'est pas facultatif ou même quelque chose d'agréable à avoir. C'est une nécessité pour faire fructifier son épargne et la faire travailler afin d'avoir suffisamment d'argent à la retraite pour garantir son style de vie. En définitive, il s'agit de sécurité et de liberté financière. Et cela explique vraiment pourquoi les femmes sont désavantagées sur le plan financier, et pourquoi il est nécessaire de faire fructifier notre épargne.

De plus, les femmes ont une grande aversion pour le risque et, pour y remédier, elles doivent souvent en apprendre davantage sur les placements.

C'est pourquoi j'ai mis au point un programme pour leur apprendre à investir en accord avec leurs valeurs, à faire fructifier leur épargne dans le but d'atteindre la sécurité financière et préparer leur retraite, sans passer des heures à gérer leur portefeuille (ou à s'en inquiéter).

Plus précisément, elles apprennent quelles sont les plateformes adéquates, quelles sont les stratégies, ce qu'est un ETF et comment ils fonctionnent. En comprenant mieux le sujet, elles ont moins peur. C'est comme tout dans la vie. Une fois que l’on s’est familiarisé avec le sujet, il est beaucoup plus facile de franchir le pas et de progresser.

Quelles sont tes perspectives sur les tendances générales en matière d'investissement?

Je suis une personne axée sur le long terme. Je n'enseigne que des sujets sur le long terme. Je n'ai aucun intérêt pour le trading journalier par exemple.

D'un point de vue stratégique, j’observe les grandes tendances. Des sujets sur le long terme comme le vieillissement de la population, le changement climatique, l'évolution du rôle de l'industrie financière, les nouvelles formes de commerce ou la blockchain ont historiquement toujours eu plus d’impact que les perturbations du court terme.

Quels produits ou services manquent encore sur le marché suisse?

Des comptes d'investissement économiques pour enfants, des plans d'épargne et d'investissement à faible coût, des conversions de devises gratuites, la transparence sur les coûts, notamment sur les conversions de devises. La plupart des robots-conseillers disent que tout est inclus dans leurs honoraires, mais les frais de change sont souvent assortis d'une forte majoration! (N.d.l.r.: la marge de True Wealth sur les conversions de devises est d'environ 0.1% ou 10 points sur le taux interbancaire).

De plus, quelque chose allant dans la direction de l'investissement thématique, comme l'achat de groupes d'actions similaires en une seule transaction d'investissement à faible coût, serait intéressant.

Y a-t-il autre chose que tu voudrais ajouter avant de conclure l'interview?

J'ai un club de lecture sur l'investissement pour les femmes dans la vie professionnelle qui compte plus de 2'000 membres – il est gratuit. N'hésitez pas à nous contacter si vous êtes intéressées!

Merci beaucoup de nous avoir accordé ton temps et cette interview!

Aysha a grandi en Suisse romande et a plus de dix ans d'expérience professionnelle dans les investissements privés immobiliers internationaux. Elle propose un blog gratuit, un club de lecture et un programme payant "Invest at REST".

Clause de non-responsabilité: Nous avons apporté le plus grand soin au contenu de cet article. Néanmoins, nous ne pouvons exclure la possibilité d'erreurs. La validité du contenu est limitée au moment de la publication.

A propos de l'auteur

author
Felix Niederer

Fondateur et CEO de True Wealth. Après avoir obtenu son diplôme de physicien à l'École polytechnique fédérale (EPFZ), Felix a d'abord passé plusieurs années dans l'industrie suisse, puis quatre ans dans une grande compagnie de réassurance, dans la gestion de portefeuille et la modélisation des risques.

Laptop

Prêt à investir?

Ouvrir un compte

Vous ne savez pas par où commencer? Ouvrez un compte test maintenant et convertissez-le en compte réel plus tard.

Ouvrir un compte de test
Phone