SpotifyGoogle PodcastsYouTubeApple Podcasts

Talk – Quelle est la situation économique de la Suisse?

27.12.2023
Felix Niederer
Invité: Prof. Tobias Straumann, historien de l'économie Université de Zurich

Le professeur Tobias Straumann, l'un des économistes suisses les plus connus et expert en histoire économique, parle dans notre podcast de la situation économique de la Suisse et des défis actuels.

La situation économique de la Suisse

Felix Niederer: En tant qu'historien de la finance, vous vous êtes intéressé de près aux crises économiques et géopolitiques du passé. Quelle est la situation de la Suisse aujourd'hui?

Professeur Tobias Straumann: D'un point de vue économique, nous nous portons mieux que jamais, du moins en moyenne. Le revenu par habitant a été multiplié par neuf, voire par dix, au cours des 150 dernières années. Mais il y a bien sûr des défis et des crises qui nous préoccupent.

Felix Niederer: Si nous regardons l'économie, la question se pose de savoir pourquoi la Suisse connaît un tel succès. Quels sont les facteurs de succès?

Professeur Tobias Straumann: Nous faisons partie intégrante de l'Europe, le continent où la révolution industrielle a pris naissance. Au cours des 150 dernières années, la croissance économique moderne se caractérise par un progrès continu de la productivité. Année après année, nous nous enrichissons parce que nous sommes plus efficaces et que nous faisons les choses mieux qu'avant. Considérons par exemple l'agriculture il y a 200 ans: À l'époque, il fallait des dizaines de travailleurs pour un champ, qui devaient travailler pendant une semaine entière. Aujourd'hui, un tracteur le fait en une heure. De telles innovations nous ont rendus prospères.

Avant cela, il y avait certes aussi des percées technologiques, mais elles étaient isolées. Ce qui est particulier aujourd'hui, c'est l'innovation permanente dans tous les secteurs économiques. La Suisse, qui en fait partie, en profite particulièrement. Une des raisons possibles est sa situation géographique. Elle est idéalement située sur les principaux flux commerciaux et migratoires européens, ce qui signifie qu'au fil des siècles, de nombreuses personnes sont venues en Suisse et ont apporté beaucoup sur le plan économique.

De plus, je pense que nos institutions sont bien structurées. La population peut corriger les erreurs de développement. Nous pouvons dire: «Non, nous ne voulons pas de cela». Je pense qu'il est important de tenir la politique en échec. Si on les laisse trop faire, les politiques ont tendance à poursuivre leurs propres intérêts, ce qui ne correspond pas toujours aux besoins de la population. Ce phénomène est visible dans de nombreux pays, où l'élite développe son propre agenda, qui s'oppose souvent à ce qui serait bon pour la population en général.

Felix Niederer: Malgré le succès, il y a toujours une marge d'amélioration. Y a-t-il des domaines dans lesquels la Suisse peut encore s'améliorer?

Professeur Tobias Straumann: Un domaine que je vois d'un œil critique est l'éducation. L'école primaire a perdu en qualité. De ce fait, les gens ne maîtrisent plus les compétences de base (lire et écrire). La politique énergétique me préoccupe également, surtout l'abandon du nucléaire sans remplacement adéquat. Nous avons fermé une centrale nucléaire avant d'avoir trouvé un remplaçant. La prochaine devra probablement être arrêtée en 2030. Là aussi, nous n'avons pas de substitut. On voit bien que l'offensive solaire et éolienne ne va nulle part. Il s'agit également d'une électricité beaucoup trop irrégulière et il faut faire quelque chose maintenant, sinon nous aurons une grande lacune.

Comparaison avec les Etats-Unis et défis géopolitiques

Felix Niederer: Beaucoup comparent la Suisse aux Etats-Unis. Comment expliquez-vous la croissance de la Suisse par rapport aux Etats-Unis ces dernières années?

Professeur Tobias Straumann: Il est difficile de faire une comparaison directe, car les Etats-Unis ont une économie beaucoup plus grande et structurée différemment. Les États-Unis sont des leaders mondiaux, surtout dans le secteur technologique. La Suisse, en revanche, offre un niveau de vie élevé et une bonne sécurité sociale.

Les États-Unis se caractérisent par une approche très compétitive, tant au niveau international qu'interne. Ici, le principe est le suivant: s'imposer et progresser ou ne pas suivre et rester à un niveau bas, avec la possibilité de descendre rapidement si les choses ne vont pas bien. Bien qu'il ne soit pas surprenant que la croissance par habitant soit plus élevée aux États-Unis, il est important de souligner qu'en moyenne, cela ne se traduit pas nécessairement par un meilleur niveau de vie pour la population. L'Europe offre une bonne éducation, ce qui augmente les chances d'accéder à la classe moyenne.

La Suisse, en revanche, se distingue par son industrie pharmaceutique et son orientation mondiale, qui lui permet d'adopter des innovations venues de l'étranger. Malgré le recul de la place financière, le milieu des PME suisses est très prospère sur le plan économique. Même si la Suisse ne peut pas rivaliser avec les États-Unis en termes de compétitivité, la performance économique, notamment des petites et moyennes entreprises, est phénoménale. Il n'y a donc pas lieu de s'inquiéter pour le développement économique de la Suisse.

Le manque de présence des grandes entreprises technologiques

Felix Niederer: Vous avez également évoqué les innovations, mais en comparaison avec les États-Unis, il manque des entreprises tech importantes non seulement en Suisse, mais aussi en Europe. Avons-nous manqué l'occasion de le faire dans les années 80? Nous disposions d'informaticiens hautement qualifiés, comme Niklaus Wirth, qui étaient des leaders internationaux. Il est possible que nous ayons pu établir notre propre Silicon Valley à cette époque.

Professeur Tobias Straumann: C'est une question intéressante. Il y a des opinions différentes à ce sujet. Pour l'Europe, je serais tout de suite d'accord. Mais pour la Suisse, c'est difficile, car nous avons un petit marché. Dans ce secteur, l'exportation n'est peut-être plus aussi difficile parce qu'elle est plus ou moins standardisée, mais elle nécessite tout de même certaines conditions, comme celles qui existent dans la Silicon Valley. Il y a là une énorme concentration d'universités et d'entreprises. Le capital de base et le marché sont importants, et il y a une immigration où les meilleurs des meilleurs viennent là-bas. C'est quelque chose qu'un petit pays ne peut pas gérer. Je ne trouve pas cela tragique pour la Suisse. Ce serait grave si nous rations le coche, mais il y a toujours des entreprises qui développent des applications intéressantes. Pour la même raison, nous n'avons pas d'industrie automobile. Nous pouvons jouer le rôle de sous-traitant, mais il n'y a pas d'industrie automobile en Suisse. Pour l'industrie pharmaceutique, c'est une exception, car historiquement, elle a pu se concentrer rapidement sur certaines zones.

Les défis géopolitiques et la nouvelle réalité

Felix Niederer: Revenons sur les conflits géopolitiques que nous vivons actuellement. Après la chute du mur de Berlin en 1989, la fin de l'histoire a été proclamée. Dans les années qui ont suivi, nous avons connu une phase sans conflits majeurs. Les États-Unis sont restés la seule superpuissance incontestée. Mais au plus tard avec l'invasion des troupes russes en Ukraine, cette image a volé en éclats. Outre le conflit ukrainien, nous avons désormais aussi le conflit oriental qui préoccupe le monde entier. Il y a également des incertitudes concernant Taïwan. Il semble que le temps sans conflit soit révolu.

Professeur Tobias Straumann: Oui, clairement. Comme vous l'avez dit, cette période était vraiment particulière, et je dirais qu'elle a pris fin plus tôt. Le tournant a peut-être été 2008, avec la crise financière qui a montré que la mondialisation n'était pas une fatalité. En 2008, il y a aussi eu l'intervention de la Russie en Géorgie. La Géorgie voulait adhérer à l'OTAN, mais l'Occident n'a pas suffisamment réagi et la Géorgie a été fortement ramenée dans la zone d'influence russe. Ici, il est déjà apparu clairement qu'il n'y a pas qu'une seule direction.

Felix Niederer: C'est devenu encore plus évident avec l'occupation de la Crimée.

Professeur Tobias Straumann: Exactement. Et puis nous sommes devenus inertes. Au cours des 20 dernières années, beaucoup de choses se sont bien passées, mais pas tout. L'Afghanistan et l'Irak étaient des zones à problèmes, tout comme la guerre en Yougoslavie au début des années 90. Il y avait des signes indiquant que nous étions peut-être trop optimistes, mais il semblait que nous nous en étions sortis. Puis, en 2014, l'invasion de l'Ukraine par les troupes russes. En 2015, la chancelière Merkel a déclaré que nous allions définitivement construire le deuxième tube pour le gaz naturel en provenance de Russie. C'était de la naïveté.

L'Occident est souvent sous-estimé, et c'est dangereux. Les autres doivent savoir que l'Occident réagira fortement. Nous devons sans cesse le signaler. Agir de manière préventive, s'armer et envoyer des signaux clairs. C'est une illusion de penser que le désarmement mène à la paix. Le monde ne sera sans doute jamais totalement exempt de conflits, mais nous pouvons mieux agir de manière préventive.

Préoccupations économiques et dette publique croissante

Felix Niederer: Outre les défis géopolitiques auxquels nous sommes confrontés, la dette publique est également un défi. La Suisse fait certes figure d'élève modèle dans ce domaine, mais les Etats-Unis ont une dette publique énorme qui ne cesse de croître. Est-ce durable?

Professeur Tobias Straumann: Non, certainement pas. Pour l'instant, on ne voit pas de consensus interpartis sur la nécessité de s'y attaquer. La situation n'est pas bonne. Les taux d'intérêt élevés pèsent énormément sur les Américains, et cela relègue les autres dépenses au second plan. Une augmentation des impôts et une réduction claire des dépenses seraient nécessaires, mais c'est impossible pour le moment. Il est probable que si l'on ne trouve pas de consensus, on aura recours à la répression financière. Cela signifie que les épargnants seront expropriés.

Felix Niederer: Toutes les banques centrales n'ont pas pour seul objectif de maintenir l'inflation à un niveau bas. Souvent, elles ont aussi pour objectif le plein emploi.

Professeur Tobias Straumann: En Europe, l'accent est également mis sur la stabilisation de l'euro, qui n'a pas encore atteint sa pleine stabilité. Malgré les efforts de la Banque centrale européenne (BCE) au cours des 15 dernières années pour calmer la situation politique, il s'avère que cela n'a pas suffisamment fonctionné. Le problème central réside dans le fait que l'union monétaire réunit des pays politiquement différents avec des attitudes mentales fondamentales différentes. En particulier sur les questions de dépenses publiques, des points de vue différents prévalent entre le sud et le nord de l'Europe.

L'Allemagne suit une certaine orientation en matière de politique financière, tandis que le Sud mise plutôt sur l'austérité. Il existe néanmoins un problème de croissance commun au sein de la zone euro. Pour se développer, la zone euro devrait adopter une politique monétaire différenciée. La réunion de régions fortes et faibles dans une union monétaire, comme nous l'observons également en Suisse, s'avère difficile.

L'UE devrait être consciente du fait qu'il n'y a pas seulement des migrations en provenance de l'étranger, mais aussi des migrations internes, qui constituent un défi en raison des différences mentales et linguistiques. L'espace économique de l'UE est loin d'être homogène, et cela influence également le secteur technologique. Les difficultés liées à l'exploitation des économies d'échelle apparaissent parce que les espaces d'innovation sont fragmentés et que la croissance se fait à des rythmes différents. Il s'agit là d'un défi non résolu.

L'avenir du secteur financier suisse

Felix Niederer: L'une des dernières crises que nous avons connues en Suisse concernait la place financière. La chute du Crédit Suisse (CS) et la décision politique de faire reprendre le CS par l'UBS - tout cela a eu pour conséquence que nous n'avons plus qu'une seule grande banque en Suisse, et qu'elle est devenue encore plus grande. Quelle est la solution, quelles sont les options du gouvernement en Suisse si, dans quelques années, la banque fusionnée se retrouve à nouveau dans une telle situation et qu'il y a un crash bancaire?

Professeur Tobias Straumann: On ne peut pas l'exclure. C'est pourquoi nous devrions nous y préparer. Il existe en fait deux écoles de pensée: certains disent qu'il faudrait améliorer la réglementation existante, donner plus de compétences à la FINMA, augmenter encore les fonds propres et mieux réglementer les liquidités. On pourrait accorder plus de poids à certaines catégories de titres. Ce serait une adaptation basée sur les expériences de la crise du CS. Ensuite, il y a ceux qui disent qu'il faut procéder à des changements radicaux. Une variante consisterait à augmenter énormément les prescriptions en matière de fonds propres afin d'avoir plus de temps pour sauver la banque. Politiquement, je pense toutefois que cela n'a aucune chance. Un changement que je propose est d'agir avec beaucoup plus de détermination lors de l'intervention en cas de crise. Il faudrait intervenir beaucoup plus tôt, utiliser des indicateurs clairs comme le cours des actions et les trains d'assurance et forcer les régulateurs à intervenir tôt, mais aussi les soutenir, au lieu de leur reprocher plus tard d'être intervenus trop tôt. L'incitation devrait être d'agir à temps. Jusqu'à présent, l'incitation a toujours été d'attendre le plus longtemps possible pour ne pas se voir reprocher d'avoir agi trop tôt. Cela doit changer.

Felix Niederer: Monsieur Straumann, nous n'avons pas encore résolu tous les problèmes en Suisse et dans le monde, mais tout n'est pas non plus sans espoir. Il y a de nombreuses possibilités. Nous devons nous attaquer aux problèmes et ne pas les remettre à plus tard. Merci beaucoup pour cet entretien et à la prochaine fois.

Clause de non-responsabilité: Nous avons apporté le plus grand soin au contenu de cet article. Néanmoins, nous ne pouvons exclure la possibilité d'erreurs. La validité du contenu est limitée au moment de la publication.

A propos de l'auteur

author
Felix Niederer

Fondateur et CEO de True Wealth. Après avoir obtenu son diplôme de physicien à l'École polytechnique fédérale (EPFZ), Felix a d'abord passé plusieurs années dans l'industrie suisse, puis quatre ans dans une grande compagnie de réassurance, dans la gestion de portefeuille et la modélisation des risques.

Laptop

Prêt à investir?

Ouvrir un compte

Vous ne savez pas par où commencer? Ouvrez un compte test maintenant et convertissez-le en compte réel plus tard.

Ouvrir un compte de test
Phone